L’incidence de l’hépatite aiguë Et en Russie au cours des dix premiers mois de l’année 2017 a augmenté de 47,7% par rapport à la même période de l’année 2016, rapporte le service fédéral.

«L’incidence de la maladie en janvier — octobre 2017 s’élève à 5,06 100 mille de la population contre 3,43 à la même période de l’année 2016 (en hausse de 47,7%)», selon le site internet de l’office.

Les régions les dirigeants de la morbidité, où ces taux de plus de 1,5 fois celui de la moyenne russe indicateur, c’est la République d’oudmourtie (16,02 sur 100 mille de la population lors de la среднемноголетнем métrique (PSU) 5,29), la région de Perm (10,78 lors de la PSU de 5,97), Penza (10,72 lors de la PSU 4,38), Novgorod (9,88 lors de la PSU 4,08), région d’ivanovo (9,29 lors de la PSU 7,89), Irkoutsk (8,58 lors de la PSU 4,61), Arkhangelsk (8,55 lors de la PSU 2,42).

La prévalence élevée des spécialistes fixent de Kalouga (8,12 lors de la PSU 6,70), Novossibirsk (7,84 lors de la PSU 5,40), Kaliningrad (7,81 lors de la PSU 1,84), de Kostroma (7,81 lors de la PSU 3,17), Samara (7,63 lors de la PSU 6,71) domaines, mais aussi à Moscou (8,92 lors de la PSU 5,07) et à saint-Pétersbourg (7,64 lors de la PSU 6,07).

L’hépatite A, selon la définition de l’organisation Mondiale de la santé, est une maladie du foie d’origine virale, dont l’évolution peut être bénigne ou grave. Le virus de l’hépatite A (VHA) est transmise par la consommation d’aliments contaminés et l’eau ou lors d’un contact direct avec une personne infectée.

En outre, pour une période de 2,2 fois a augmenté l’incidence de la fièvre typhoïde, 1,6 fois — энтеровирусными infections, y compris энтеровирусным méningite — de 14,5%.

Épidémique oreillons a commencé à mal cinq fois plus souvent à la rougeole, à 4,3 fois, de l’hépatite virale aiguë E — 30,2%, de guerre biologique — de 46,9%, une infection à méningocoque de 13,5%, y compris генерализованными formes de 10,1%, la fièvre hémorragique avec syndrome rénal (ГЛПС) — de 40,7%, la fièvre q à 1,5 fois la varicelle de 9%.

Le dépassement de la среднемноголетних indicateurs de spécialistes de l’office ont révélé, en particulier, par эпидемическому паротиту (6,1 fois), энтеровирусным infections (2,9 fois), энтеровирусному méningite (47,4%), la vérification pour les infections intestinales installé étiologie (15%), la fièvre hémorragique avec syndrome rénal (13,5%), des pneumonies communautaires (10,7%).

En outre, pour la période de neuf mois enregistré un cas de rage (en Crimée), trois cas de poliomyélite paralytique associée au vaccin (oblast d’Astrakhan, de la république de Kabardino-Balkarie et de Moscou), 27 cas de la trichinose, 24 cas de fièvre typhoïde, ainsi que cinq cas de rubéole.

Que les indicateurs se sont améliorés

Toutefois, les russes sont devenus moins malade de la dysenterie, la rubéole, la coqueluche, les salmonelloses et d’autres maladies.

«En janvier — octobre en 2017 par rapport à la même période de l’année 2016 a diminué l’incidence de la сальмонеллезными infections (à l’exception de la fièvre typhoïde, 17,4%), la dysenterie bactérienne (27,2%), de l’hépatite virale aiguë (8%), avec l’hépatite virale chronique (5,6%), chronique de l’hépatite virale C (3,6%).

La rubéole est maintenant la rencontre de 8,2 fois plus rarement, la coqueluche à 44,2%, la fièvre du Nil Occidental — 10,3 fois, fièvre hémorragique de crimée — 2,1 fois, à tiques encéphalite virale à 5%.

A également diminué l’incidence de la première identifiés sur la brucellose, à 7,9%, la tuberculose respiratoire de 8,6%, pour la première fois identifiés syphilis 8,1%, gonococcie infection de 23,3%, псевдотуберкулезом de 24,7%, d’astrakhan de la fièvre boutonneuse à 39,6%, внебольничными пневмониями — 5,3%.



En Russie, près de 50% en plus malade de l’hépatite A, l’a raconté dans le Роспотребнадзоре 08.12.2017