Le ministère français des affaires étrangères, a appelé aujourd’hui, les pays du moyen-orient «de ne pas aggraver les tensions» après les exécutionseffectuées samedi dernier en Arabie Saoudite. Parmi les chiites voisins d’un pays, il a provoqué un tollé, et l’Iran a menacé de саудовцам «le châtiment divin».

«La france exprime extrêmement regrettable survenu le samedi exécutions de 47 personnes, dont de et de capitale religieuse chiite d’un leader», — a déclaré dans un communiqué de l’amf. Diplomatique de l’office rappelle que la France en général s’oppose à «la peine de mort, peu importe dans quel pays et quelle qu’en soit la raison, elle n’a pas été appliquée». (Cité par TASS.)

Paris appelle les pays du moyen-orient «faire tous les efforts nécessaires pour éviter l’aggravation de la situation dans la relation entre le religieux et une variété d’autres communautés».

Samedi en Arabie Saoudite, a été exécuté 47 personnes accusées de terrorisme. Parmi les condamnés à mort — le célèbre prédicateur chiite Nimr en-Nimr. L’iran a immédiatement condamné à mort, en l’appelant, inhumains acte, mais également accusé les autorités saoudiennes dans le fait de négliger les droits de l’homme. MEAD Royaume en réponse à ces «ennemis» de la déclaration a appelé l’ambassadeur de l’Iran à Riyad, et lui a remis une note de protestation.

Dimanche, l’ayatollah Ali Khamenei a souligné dans son discours que l’en-Nimr n’a pas appelé au djihad armé et est devenu un «innocent martyr» à cause de leurs croyances religieuses. Il a également déclaré que «le sang répandu… va avoir des conséquences, et sacré le salaire n’est pas passé saoudiens, hommes politiques». Khamenei a également condamné les pays occidentaux n’est pas suffisamment active une réaction de présumés militants des droits de l’homme, de la liberté et de la démocratie».

En-Nimr a obtenu la célébrité en 2011, lors de la протестных d’actions sur l’est de l’Arabie Saoudite. Dans le cadre de manifestations anti-gouvernementales, apparus dans le sillage du «printemps arabe», en-Nimr a acquis le statut de héros de chiite de la jeunesse, prenant la parole pour les droits des minorités religieuses. En 2012, le cheikh, ратовавший raison des protestations pacifiques, a été arrêté, la campagne pour sa libération, a soutenu, en particulier, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon. En 2014 en-Nimr a été condamné à la peine de mort sur des accusations d’incitation à la discorde, de la désobéissance au roi et à la création de la cellule terroriste.




La france appelle les pays du Moyen-Orient au calme après les exécutions en Arabie Saoudite 03.01.2016