La décision de la Slovénie au sujet de la fermeture des frontières pour tous ceux qui ne possèdent pas de documents pour la pénétration dans l’espace Schengen, a provoqué un «effet domino». La serbie et la Macédoine ont également signalé son intention de fermer les frontières pour les étrangers en situation irrégulière, y compris les syriens et ceux qui ont l’intention de demander l’asile dans l’UE.

«Le sommet a envoyé un message très clair à tous ceux qui les retransmissions de réfugiés et de migrants en situation irrégulière: des balkans de l’itinéraire n’existe plus», — cite la chaîne de télévision serbe RTS la déclaration du premier ministre de la Slovénie Miro Церара sur les résultats d’urgence d’un sommet à Bruxelles, où a été adopté le plan de restauration de Schengen du système.

Après cela, la Serbie a annoncé la fermeture de leurs frontières. Le secrétaire d’etat du ministère des affaires étrangères serbe Alexandre Nikolić après une rencontre avec l’ambassadeur de la Grèce a déclaré que Belgrade devrait décision sur la fermeture des balkans de l’itinéraire pour migrants en situation irrégulière, y compris de la part des trois pays membres de l’UE, la Slovénie, la Croatie et l’Autriche, rapporte le MAE de la Serbie.

Le ministre a souligné que, sur fond de crise migratoire, vous devez assurer la protection des intérêts des citoyens, «y compris la surveillance des obstacles potentiels et les menaces à la sécurité du point de vue de terrorisme». À Belgrade également remarqué que «la Serbie ne peut pas se permettre de se développer au point de collecte des réfugiés». Les mesures appliquées pour empêcher la pénétration dans la zone Schengen, les étrangers en situation irrégulière, sera coordonné avec l’union européenne et appliquées sur les frontières avec la Macédoine et la Bulgarie.

Une décision similaire prise et en Macédoine. Reuters citant une source dans les forces de police informe sur les disques durs des limitations de la rampe, les migrants, les saisies, le 9 mars. Selon les informations d’alexandre le grand, ministère de l’intérieur, ni un étranger en situation irrégulière n’est pas tombé dans l’environnement dans le pays à partir de la Grèce.

Comme le rappelle le serbe est la station de radio 021, les dirigeants de l’UE et de la Turquie ont convenu lors du sommet de Bruxelles sur la fermeture de la circulation illicite des migrants dans les Balkans Occidentaux. Cette décision doit être confirmée par le sommet de l’UE le 17 mars. Dans la déclaration du sommet, faite à Bruxelles, a déclaré qu’il est nécessaire «d’être avec la Grèce et de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour vous aider à gérer la situation».

Pour ce faire, ont estimé européennes et turques dirigeants, il faut «répondre rapidement et efficacement à une très grave crise humanitaire qui se développe très rapidement», ainsi que de fournir une aide à la Grèce dans la gestion des frontières de l’UE, afin d’assurer une diffusion rapide et à grande échelle de retour de migrants en situation irrégulière qui n’ont pas besoin de protection internationale, en Turquie.

En Grèce se trouvent aujourd’hui plus de 34 millions de réfugiés. Le gouvernement grec a déclaré qu’il n’a pas de plans sur l’expulsion des migrants du camp à la frontière avec la Macédoine, mais les migrants, de façon à faire pression pour les obliger à chercher d’autres abris.

Selon La Stampa, la décision de la Slovénie sur la fermeture des frontières pour les migrants peuvent aggraver la situation en Grèce. «Certainement, (Ljubljana) il faudrait harmoniser leurs actions avec d’autres pays, car maintenant, les migrants seront envoyées sur le sud de l’Europe, notamment en Grèce. Quand l’Europe ne parvient pas à résoudre les problèmes, sont ceux qui essaient de détourner d’eux-mêmes», — a déclaré dans un article dont la traduction offre InoPressa.

Le sommet de Bruxelles, rappelle la publication, était de déterminer la stratégie de «l’arrêt de flux de migrants dans le cadre de l’accord avec la Turquie. La peine de l’observer à la chancelière allemande, pour comprendre qu’elle a l’intention de prendre pour arrêter tragique de la régate dans la mer Egée. Le chancelier a risqué sa réputation, ouvrant la porte à tous les syriens. Elle voulait être à la hauteur des attentes liées à un leader qui croit en la solidarité, et jusqu’à ce que la route des balkans allaient foules désespérées, en Europe, on construisait des murs, l’espace Schengen s’est avéré être sous la menace. Merkel a été contraint de passer à un plan «B», en misant sur la Turquie et la redistribution des réfugiés, écrit La Stampa.

Les dirigeants européens ont trouvé mal à l’aise mécanisme d’échange d’un réfugié syrien des turcs camps sur chaque syrien, renvoyé dans le cadre de la réadmission de la Grèce à la Turquie et à l’octroi d’un supplément de 3 milliards d’euros, et la haut-commissaire des NATIONS unies pour les réfugiés a appelé proposé par les turcs option «illégale». Merkel a réussi à convaincre les dirigeants européens à l’égard de l’accord avec la Turquie, mais pas en ce qui concerne la fermeture des balkans chemin».

À l’issue de la réunion à Bruxelles, le premier ministre turc Ahmet Davutoglu a annoncé l’introduction du régime sans visa entre l’UE et la Turquie jusqu’à la fin de juin.




La macédoine et la Serbie après la Slovénie ont fermé la frontière pour les réfugiés 09.03.2016