Originaire de Tchétchénie Мовсар Эскарханов, qui est une première dans la république a publiquement avoué son homosexualité dans l’histoire tchétchène, la télévision s’excuse auprès de la direction de la région et, personnellement, Ramzan Kadyrov. Il a expliqué qu’en fait c’est la reconnaissance de raison de la pression des occidentaux, les journalistes de «déshonorer avant de tchétchènes le peuple et le souverain», le «service Russe de la BBC».

Le jeune homme, qui ont émigré en Allemagne il y a plusieurs années, dans une interview aux journalistes de The Time a déclaré à la fin de septembre sur son sort et a encouragé d’autres tchétchènes à la communauté LGBT ne craindre personne, y compris les autorités de la république.

«Je ne vais pas cacher son visage. Je ne veux même pas de cacher son visage. Laissez tout le monde voit mon visage.. Si j’ai été envoyé en Russie, ils m’ont emmené à la Tchétchénie et ils m’ont tué. Laissez-moi ne sera pas demain, mais je veux sauver ces gens ont des Mots de l’adieu je peux dire et d’autres homosexuels: vous ne devez pas craindre, vous devriez continuer à vivre,» — cite l’édition de son interview.

À la veille de la tchétchène de télévision a montré l’annonce d’un reportage, dans lequel Эскарханов à la caméra dit que les journalistes de The Time fixé l’objectif d’ — la disgrâce des tchétchènes. Il a ajouté que les journalistes lui avaient promis d’aider à l’obtention de documents de résidence permanente en Allemagne.

«Ils l’ont humilié moi devant le peuple tchétchène et tchétchènes souverain, m’ont mis. C’est pourquoi je demande pardon aux habitants de la Tchétchénie, le guide de la Tchétchénie, des tchétchènes vivant dans le Caucase du Nord et en Europe», a — t-il expliqué.

En octobre, un résident de Omsk Maxime Лапунов, qui a déménagé pour vivre dans le Terrible, il y a deux ans, a le comité d’Enquête de la fédération de RUSSIE de la déclaration sur la persécution des homosexuels en Tchétchénie. Après cela, le jeune homme au cours d’une conférence de presse publiquement a raconté comment il avait été torturé et forcé à enregistrer une vidéo, dans laquelle il a dû admettre l’orientation sexuelle.

Au début d’avril, «le Nouveau journal» a écrit sur les meurtres de masse et les arrestations d’homosexuels en Tchétchénie, et plus tard a publié des témoignages de personnes qui auraient été détenus dans une prison secrète pour les homosexuels en tchétchénie, la ville d’Argoun. Selon le journal, les soumis à la torture et d’autres mauvais traitements, obligeant à divulguer des informations sur d’autres connus des représentants de la communauté LGBT.

Au printemps de cette année, «le Nouveau journal», en référence à l’un des témoins de harcèlement homosexuels en Tchétchénie, ce qui, selon le journal, commencé dans la seconde moitié de février, a été écrit sur le fait que les arrestations ont commencé après que les gays dans la république a appris le président du parlement de la Tchétchénie Magomed Даудов.

Après les publications de journaux en Tchétchénie à plusieurs reprises et à tous les niveaux, des défenseurs des droits humains à la direction — contredites par le fait même de l’existence dans la république des homosexuels. Le commissaire des droits de l’homme dans la république de Нурди Нухажиев appelait ces messages de «sales provocations», car «il est impossible de poursuivre ceux qui, dans la république tout simplement pas et ne peut pas être».

En avril, le président de la fédération de RUSSIE Vladimir Poutine au Kremlin, a tenu une réunion de travail avec le chef de la Tchétchénie Рамзаном Кадыровым, au cours de laquelle le leader tchétchène s’est plaint de la «provocation de l’article» dans les MÉDIAS russes sur la masse de l’arrestation des homosexuels en Tchétchénie, et de l’Union des journalistes de la Tchétchénie en juillet accusé indépendants de des Travailleurs des MÉDIAS dans le «pénible dépendance à l’identification des prétendus crimes».

Au début de septembre Moskalkova a rapporté, qui est sorti sur la vidéo avec des parents homosexuels de la Tchétchénie, de la prison et de la torture, qui en raison de leur orientation écrit «le Nouveau journal». Ainsi, à la fin de juin, elle disaitqu’aucune plainte n’a pas reçu.



Le jeune homme de la Tchétchénie a apporté Kadyrov excuses pour la reconnaissance de son homosexualité 15.11.2017