La majorité (63%) des russes veulent voir de Vladimir Poutine au poste de président de la Russie à l’expiration de son actuel mandat présidentiel, après 2018. Informe «Interfax» avec un lien sur les résultats des enquêtes «Levada-Center».

C’est presque deux fois plus qu’il y a quatre ans, lorsque le nombre de candidats à voir Poutine président en 2018 était de 34%. En 2014, il y en a déjà 58%.

Entre-temps, comme il y a deux ans, près d’un sur cinq (19%) le russe a répondu négativement à la question, il voulait, pour Poutine en tête de la Russie après 2018 (40% en 2012). Difficile de répondre 19% des participants à l’enquête menée du 21 au 24 octobre auprès de 1600 personnes âgées de 18 ans et plus dans 137 localités 48 régions de la fédération de RUSSIE.

Selon les sociologues, seulement un quart des répondants (26%) croit que jusqu’en 2018 en Russie, vous pouvez recevoir le leader, capable de remplacer Poutine au poste de président. Rappel opinion est partagée par près de la moitié des russes (49%). Pas de réponse de 26% des répondants.

Ces indicateurs sont également radicalement changé au cours des quatre dernières années: en 2012, 49% des russes croyaient que dans le pays d’ici 2018, il y aura un leader dans l’opposition à Poutine, et 23% n’a pas été considéré (28% alors difficile de répondre).

L’élection du président de la Russie est prévue pour le 11 mars 2018. Malgré l’éloignement de cette date, de son intention de participer, ont annoncé les premiers candidats — co-fondateur du parti de la «Pomme» Grigory Yavlinsky et le chef de LDPR Vladimir Jirinovski.

Certains experts estiment que la campagne électorale-2018 a déjà commencé, et le signal à cela a servi de fort arrestation le désormais ex-ministre du développement économique Alexeï Улюкаева, accusé de corruption. Cette opinion a conduit à RBC chef de programme du centre Carnegie de Moscou Andreï Kolesnikov.

Acceptera-t-il dans les prochaines élections de la participation de Poutine, jusqu’à présent inconnue. À l’été 2015 rédacteur en chef de la station de radio «Echo de Moscou» Alexis Венедиктов dit que exactement sait sur l’intention de Poutine de se présenter. En septembre 2016, dans une interview à l’agence Bloomberg Poutine a déclaréque n’a pris la décision de participer à la campagne.

Peu de temps après l’adoption de la décision de repousser les élections à la douma plus tôt possible il y avait des rumeurs sur la possibilité d’organiser des élections du président. En juin 2015, écrit à ce sujet dans la colonne pour le journal «Vedomosti» économiste russe Evgueni Gontmakher. En outre, avec la proposition de la tenue d’élections anticipées a joué un ancien ministre des Finances Alexeï Koudrine. Cependant, dans la Douma d’etat alors critiqué cette idée, accusant Koudrine, dans une tentative de déstabilisation de la société.

À la fin de septembre 2016 rumeurs sur le transfert de l’élection du président en 2017 a réfuté le chef de la CEC de la Russie Ella Памфилова. Le 7 novembre, Dmitri Peskov a soulignéque la question du transfert de l’élection présidentielle de mars 2018 pour septembre 2017, dans le Kremlin ne discutent pas. La chaîne de télévision «la Pluie» a rapportéque l’idée d’élections présidentielles au Kremlin abandonné en raison de la victoire des états-UNIS sur l’élection du président «пророссийского» le candidat de Donald Trump.



Les deux tiers des russes veulent voir Poutine président après 2018, a découvert la «Levada-Center» 16.11.2016