Chapitre sujets russes ont occupé la dernière place de la liste par l’institut de la langue russe. A. S. Pouchkine, conjointement avec le ministère des communications classement d’alphabétisation nationaux de fonctionnaires, plus d’autres orateurs sur la télévision et la radio de nouvelles et d’information et d’analyse de programmes. Les résultats scrupuleux linguistique de l’analyse de la parole publique des représentants des organes du pouvoir d’etat publie «le journal Russe»(.pdf).

Selon les estimations du ministère des communications, il s’clés ньюсмейкеров occupe la moitié du temps d’antenne à la télévision et à la radio. Lors de ce discours politique est en quelque sorte le point de référence pour les citoyens ordinaires du point de vue de la conformité avec les normes de la langue littéraire russe. En outre, le discours de certains politiciens de télévision et de радиоаудитория juge sur le niveau d’alphabétisation des représentants des autorités publiques dans l’ensemble, indiquent les chercheurs.

Les plus représentés dans le marqué d’un segment de l’information de terrain ont fédéraux, les ministres, les députés de la Douma d’etat, les chefs des sujets de la fédération de RUSSIE et les chefs de municipalités. Matériau pour l’analyse ont servi de vidéo et аудиоинтервью de personnalités publiques de différents niveaux, qui ne représentent que partiellement préparées ou spontanées publique de la parole.

Appelait l’attention sur le respect des règles de prononciation et d’accentuation; des normes lexicales (les mots en fonction de leurs valeurs, le respect des normes lexicale, la compatibilité, la réglementation l’utilisation de la phraséologie); grammaire (morphologiques et syntaxiques) les normes modernes de la langue littéraire russe.

Lors du calcul de l’alphabétisation, de tenir compte du nombre d’erreurs par unité de temps d’antenne. Plus le ratio est élevé, moins d’erreurs par unité de temps faire des orateurs. Si 10 minutes de la parole commis une erreur, le coefficient est égal à 10, si les cinq erreurs les 10 minutes — deux.

L’erreur n’étaient pas considérées comme douteuse (n’autorisant pas la variabilité) des troubles произносительных, lexicales et grammaticales
les normes de la langue littéraire russe. Répétitives du même type des erreurs ont été considérés comme un seul.

En conséquence, les plus alphabétisés ont fédéraux, les ministres — le coefficient de 9,4. La deuxième position des députés de la Douma d’etat (6,4), qui n’est un peu de усупили chapitre des municipalités (6,3). Taux d’alphabétisation des chefs des régions est beaucoup plus faible, à seulement 2,3.

Les erreurs les plus fréquentes

Les auteurs de l’étude exprimé en détail une liste des erreurs les plus fréquemment rencontrés dans les discours publics des participants du classement.

Ainsi, les ministres de la pèchent souvent à des erreurs de l’accent de mot et la prononciation, par exemple «a commencé», «branché», «extraction»; la violation des normes lexicale, la compatibilité, la distorsion de la forme phraséologie («mettons en œuvre toutes les questions», «la coupure de l’énergie», «dur de leur travail»); le mélange des паронимов, l’usage des mots dans несвойственном leur signification («prendre le cruel contrôle», «nous sommes très services concurrentiels»); la violation des normes de gestion («tous les sujets de la fédération de RUSSIE est entré dans la saison de chauffage différemment date»); la violation des normes de la construction de l’offre («inspectait les préparatifs pour l’hiver»).

Similaires les erreurs sont les mêmes que pour les députés: «lieu de naissance», «femme», «pipe-line», le «tonneau», «nous avons causé de l’offense», à «former une question», «pendant que cela se passera», lors de cette rencontre et de la tautologie, par exemple, «le travail de ceux qui travaillent sur le territoire de notre pays». Très caractéristiques pour eux d’erreurs dans la prononciation des mots («sans précédent», «incident»), ainsi que l’usage de la langue parlée en option d’une série de mots («nicho», «en ce moment», «enfin», «cho», «courant», «lope», «non»).

Chapitre sujets se trompent souvent dans l’accent de mot et la prononciation des mots («акадэмия», «дэбаты», «grimpé», «a», «requête»), confondu avec le vocabulaire et фразеологизмами («nous avons, ces ajustements ont apporté», «quelle est encore possible de faire de garantie», «décider de leurs conditions de vie», de «jeter de l’ombre à des gens honnêtes») etc.

Mais la pire de toutes les choses à cet égard, les chefs des régions: des erreurs dans l’accent de mot («a commencé», «rassemblé», «внутридворовЫх», «excité»), les violations des normes lexicale, la compatibilité des mots («les résultats ne feront pas attendre», «effectuons les dettes qui se sont accumulées les années précédentes», les «mots de la reconnaissance pour leur héroïsme), tautologie («donc, en conséquence, nous devons répondre», «la bonne maîtrise efficace du budget — c’est aussi bon», «la célébration de la fête»), le mauvais usage de phraséologie («le fer à chaud dur de punir»), le mauvais usage de паронимов mettre/porter, des erreurs dans la formation des mots («marchandises seront surveillés, надзираться»), une version incorrecte de propositions, empêchant la perception du sens de ce qui précède («il est clair que le but de toutes ces activités, afin de développer, former, de continuer à patriotique travail») et bien plus encore.

Les journalistes sont souvent уличали chefs de régions dans l’analphabétisme. Ainsi, le 1er septembre 2015, fortement оконфузилась le gouverneur de la région de Vladimir Svetlana Orlova. Philologue de formation, 20 ans проработавшая l’enseignant, lors d’une manifestation publique écrit en félicitations «Avec празником», rapporté par le portail Ura.ru.

En février 2014, le ministre de l’éducation de la région d’Oulianovsk Catherine Uba choqué le public illettré message publié sur internet. Et en outre, comme il s’est avéré, dans le passé, l’entreprise a travaillé professeur de la langue russe et de la littérature. Lui-même de l’Uba a expliqué puis une quantité énorme d’erreurs dans le texte de l’erreur d’origines.

Passé l’été signalé que les fonctionnaires et les dirigeants des entreprises et sera obligé de passer le test de connaissance de la langue russe. En 2009, la presse a écrit que des fonctionnaires russes et les politiciens vont de l’amende à l’analphabétisme, mais l’anxiété s’est avérée fausse.




Les gouverneurs ont été les plus illettrés et les représentants du pouvoir en Russie 16.02.2016