Les troupes radiologique, chimique et biologique de protection (РХБЗ) ont détruit les deux derniers de l’objet en Syrie dans le cadre de l’opération de l’ONU — OIAC sur la destruction des armes chimiques dans ce pays. Sur ce qu’a annoncé le chef des troupes РХБЗ des forces Armées de la fédération de RUSSIE, le général-major Igor Kirillov.

Selon lui, l’une des étapes de l’opération de l’ONU — OIAC est devenu la destruction de 27 objets, sur de qui se de stockage et de production d’armes chimiques, dont 25 ont été détruits, transmet TASS.

«Les deux dernières de l’objet précédemment trouvés sur sous le contrôle de milices communes, après leur libération, en août 2017, ont été détruits, ont été vérifiées par les troupes radiologique, chimique et biologique de la protection et dans la suite, seront présentés à des experts de l’organisation internationale de l’OIAC», a souligné le Kirillov.

À la mi-août, le vice-ministre Syrien des affaires étrangères Faisal Мекдад a annoncé que les experts de l’ONU — OIAC bientôt arriveront dans le pays pour enquêter sur l’utilisation présumée d’armes chimiques les plus dangereuses d’Idlib.

Auparavant, la mission d’établissement des faits de l’OIAC a publié un rapportconfirmant que le sarin ou semblable à lui est une arme chimique a été utilisée, le 4 avril 2017 en syrie Han-Шейхуне. Le document devaient rendre spécial следственному l’unité de l’OIAC — ONU, qui est en option un organe d’experts indépendant créé par le Conseil de Sécurité des NATIONS unies spécialement pour savoir qui est responsable de l’incident à Han-Шейхуне.

Les deux parties du conflit en Syrie, nient l’utilisation des armes chimiques, accusant les uns les autres dans son application. En 2013, les autorités de la Syrie ont accepté de détruire tous les stocks d’armes chimiques les plus dangereuses sur les résultats des négociations difficiles entre les etats-UNIS et de la Russie, que преподносилось comme un succès de la diplomatie mondiale. Alors la conclusion de la transaction s’est accompagnée de la résolution de l’ONU, un point distinct de laquelle prévoyait l’introduction de sanctions en cas de non-respect des conditions de l’accord.

La convention sur l’interdiction des armes chimiques les plus dangereuses, adoptée en avril 1997, interdit la production, le stockage et l’utilisation de chlore à ce titre. La syrie a adhéré à l’accord à l’automne 2013.

En août 2016 a été publié un rapport sur l’application en Syrie, les armes chimiques les plus dangereuses, conjointement par la mission de l’ONU et de l’OIAC. Dans les deux cas, l’utilisation de toxiques des produits chimiques, les experts ont accusé les forces gouvernementales syriennes, et encore dans l’un des terroristes de «l’etat Islamique»*. Tout a été enregistré neuf épisodes, mais six d’entre eux n’a réussi à installer un côté, применявшую armes chimiques. Il est noté que l’enquête de trois d’entre eux se poursuivra.

En novembre 2016, le Conseil de sécurité des NATIONS unies a approuvé la résolution N2319 afin de proroger d’un an sur le travail de la mission d’enquête sur l’emploi des armes chimiques en Syrie. Ce faisant, les professionnels de l’OIAC a été prescrit de prêter attention à des activités terroristes sur le développement d’agents de guerre chimique.

*»Etat islamique» (IG, ИГИЛ, ДАИШ) — groupement terroriste interdite en RUSSIE.



Ministère de la défense de la fédération de RUSSIE a annoncé la destruction des armes chimiques en Syrie 25.08.2017